TRIMESTRIEL D’INFORMATION
DE LA WALLONIE DESTINÉ AUX CITOYENS

Juillet 2017| Gratuit | n°42

cov42
Wallonie
42

Le soleil,
une source d'énergie
inépuisable !

Sommaire

Edito

Profitez des bienfaits du soleil !

soleil

Avec l'été, les yeux se tournent inévitablement vers le soleil, ici et ailleurs. Mais cet astre nous procure bien d’autres bénéfices que les plaisirs de saison, à commencer par son énergie.

Ce gisement solaire apporte 1.000 kWh/m²/an, soit l’équivalent de 100 litres de mazout ou de 100 m³ de gaz par m², y compris dans notre pays ! Nos besoins en chaleur pourraient être couverts naturellement…

Certes le stockage en masse reste un problème à résoudre, mais des pistes réalistes prennent forme.

Alors pourquoi se priver dès à présent du soleil ? Les panneaux photovoltaïques et thermiques ont démontré toute leur efficacité pour produire de l’électricité et de la chaleur. Cette énergie verte est probablement la plus accessible pour les citoyens. En outre, depuis son apparition chez nombre de particuliers, cette technologie a progressé. Les prix des panneaux ont baissé, leur installation est facile, des compétences reconnues sont disponibles et le Gouvernement de Wallonie octroie un coup de pouce financier. Les tarifs du gaz et de l'électricité sont actuellement bas, mais ils ne feront que remonter. Pensez au renouvelable ! Vous préservez non seulement votre portefeuille, mais surtout la planète.

Votre magazine Energie4 vous donne les clés pour passer à l’acte !

Le comité de rédaction d'Énergie4

Guichets Énergie Wallonie

Tous les Guichets sont ouverts du mardi au vendredi, de 9 à 12 heures ou sur rendez-vous.

ARLON

BRAINE-LE-COMTE

CHARLEROI

EUPEN

HUY

LIBRAMONT

LIEGE

MARCHE-EN-FAMENNE

MONS

MOUSCRON

NAMUR

OTTIGNIES

PERWEZ

PHILIPPEVILLE

TOURNAI

VERVIERS

+ Des permanences décentralisées

BASTOGNE

BEAURAING

BIÈVRE

CERFONTAINE

CINEY

COUVIN

DOISCHE

FLORENNES

GEDINNE

HAMOIS

HASTIERE

HAVELANGE

HOUFFALIZE

HOUYET

NEUFCHÂTEAU

ONHAYE

PHILIPPEVILLE

VIELSALM

VIROINVAL

VRESSE SUR SEMOIS

WALCOURT

WELLIN

YVOIR

Cliquez sur le nom d'une localité pour avoir plus d'information !

Retrouvez toute l’actualité du département de l’énergie et du bâtiment durable sur les réseaux sociaux

twiter twitter.com/EnergieWallonie

facebook Portail de l’énergie en Wallonie

ÉNERGIE 4 :

Trimestriel du Service public de Wallonie, Direction générale opérationnelle Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Énergie.

COMITÉ DE RÉDACTION :

Corinne Evangelista, Monia Ben Slama, Lise Johnson, Véronique Joassart et Frédéric Van Vlodorp.

ÉDITEUR RESPONSABLE :

Annick Fourmeaux
Rue Brigade d’Irlande, 1
5100 Jambes

COPYRIGHT :

Toute reproduction, même partielle est encouragée, sous réserve de la mention précise : « Énergie 4 - Service public de Wallonie »

ABONNEMENTS :

  • via le site
  • par courriel
  • par téléphone : 0800/11901
  • par courrier postal : SPW – DGO4
    Département de l’Énergie et du Bâtiment durable à l’attention de Corinne Evangelista Chaussée de Liège 140-142 - 5100 Jambes
spw

Thema

Le soleil ? Oui pour l’environnement & Oui pour votre portefeuille !

Le soleil ?
Oui pour l’environnement &
Oui pour votre portefeuille !

Inutile de rappeler que, pour sa préservation, notre environnement a durablement besoin que la filière de production d’énergie verte continue à se développer. Le soleil y a toute son importance ! Mais pour quelle raison voulez-vous faire appel à ses rayons : produire de l’électricité ou de l’eau chaude?

Les deux raisons sont bonnes ; elles sont même compatibles, mais leurs techniques de mise en œuvre sont différentes !

Dans tous les cas, pensez à ces dispositifs en amont de l’élaboration de vos projets de construction. C’est de la bonne évaluation de vos besoins que dépendra la bonne configuration de vos installations. Car dans tous les cas, il est inutile de produire ce dont on n’a pas besoin.

Le photovoltaïque : c’est le moment

La technologie des panneaux progresse et le prix de ceux-ci diminue. L’offre dépasse la demande et la Wallonie vous donne un coup de pouce. Le moment est opportun pour placer une installation ; il l’est tant pour l’environnement que pour votre portefeuille !

Actuellement, en matière d’énergie renouvelable, la technologie photovoltaïque est la plus rentable et la moins onéreuse, au même titre que le grand éolien. « Toutes les énergies renouvelables sont complémentaires dans le cadre du mix énergétique, rappelle Sonya Chaoui, experte en énergies renouvelables au SPW Energie. Le photovoltaïque est la filière la plus accessible au citoyen ; cette technologie est non seulement facile et rapide à mettre en œuvre, mais elle est également performante en termes de production et de fonctionnement.

Son coût ? Il a fortement baissé pour se stabiliser en moyenne à 1,60 €/Wc installé. Et last but not least, le Gouvernement de Wallonie a mis en place tous les outils favorables au développement de la filière. »

Toutes les conditions sont bien réunies pour profiter de cette fenêtre d’opportunité en toute confiance, d’autant que les chiffres prouvent que l’investissement est rentabilisé en quelques années seulement : simulateur sur sifpv.apere.org/.

Simulateur en ligne

Chiffres clés en Belgique

La production solaire : 100 % positive pour l’environnement

La prime Qualiwatt

Qualiwatt, c’est le mécanisme mis en place par le Gouvernement de Wallonie pour soutenir le développement du photovoltaïque : il prévoit la compensation entre les prélèvements et les injections d'électricité sur le réseau (« le compteur qui tourne à l'envers ») ainsi que le versement d'une prime annuelle pendant cinq ans par le gestionnaire du réseau de distribution (GRD) auquel l'installation est raccordée. Ce mécanisme de soutien s’applique aux installations mises en service depuis le 1er mars 2014.

C’est la CWaPE (Commission wallonne pour l’énergie) qui détermine les valeurs retenues pour le calcul des primes Qualiwatt à octroyer aux détenteurs d’installations d’une puissance inférieure ou égale à 10 kVA, raccordées au réseau de distribution. Les montants (révisés semestriellement par la Cwape et publiés sur son site internet trois mois à l’avance) varient selon les régions. Ils visent à obtenir, pour une installation-type de 3 kWc, un temps de retour sur investissement de maximum 8 ans.

La méthodologie de calcul du temps de retour tient compte notamment des coûts d'utilisation des réseaux, ce qui explique que le montant de la prime est différent pour les différents GRD dans une fourchette oscillant entre 330 et 560 €/an, d'après les dernières estimations.

  Montant de la prime par kWc Plafond
AIEG 173,51 €/an 521 €/an
AIESH 151,46 €/an 455 €/an
GASELWEST (EANDIS) 152,85 €/an 459 €/an
ORES Namur 162,47 €/an 488 €/an
ORES Hainaut 166,46 €/an 500 €/an
ORES Est 143,22 €/an 430 €/an
ORES Luxembourg 153,43 €/an/td> 461 €/an
ORES Verviers 143,67 €/an 432 €/an
PBE (INFRAX) 164,32 €/an 493 €/an
Régie d'électricité de Wavre 152,01 €/an 457 €/an
ORES Brabant 173,45 €/an 521 €/an
ORES Mouscron 181,14 €/an 544 €/an
RESA (TECTEO) 173,31 €/an 520 €/an
Ci-dessus les valeurs des montants à appliquer par les gestionnaires de réseau de distribution pour les installations photovoltaïques d’une puissance inférieure ou égale à 10 kW mises en service entre le 1er juillet 2017 et le 31 décembre 2017 (date de contrôle conforme RGIE faisant foi).

5 conseils bien utiles et en ligne sur energie.wallonie.be


1. Choix de
l’installateur



2. Sur le plan administratif



3. L’intégration des panneaux photovoltaïques sur les façades





4. L'emplacement de l'onduleur



5. L'utilisation rationnelle de l'énergie


Le recyclage en bonne voie

©PV Cycle

Les panneaux sont composés essentiellement de verre et de métal (cuivre, aluminium), de métaux précieux, de certains polymères et de silicium. Saviez-vous que la Belgique figure parmi les pionniers en matière de recyclage de panneaux photovoltaïques? L'installation du Domaine provincial de Chevetogne, en province de Namur, a en effet été démantelée et recyclée en Allemagne dès 2008 après 30 ans d'utilisation. Cette première expérience européenne d'ampleur industrielle s'est révélée fructueuse avec un taux

de recyclage de 84% ; le seuil de 95% est désormais atteint pour un coût de 10 € la tonne (source : www.renouvelle.be). En Wallonie, l'asbl PVCycle est à la pointe de la filière de collecte et de recyclage, lequel devrait prendre son essor dans les prochaines années. Et, depuis juillet 2016, chaque fabricant/importateur et installateur a l'obligation d'assurer gratuitement la collecte et le recyclage des panneaux usagers. En outre, une éco-participation de 4€/panneau est prélevée à cette fin.

Une participation 'prosumers' en gestation

Pour assurer à la fois le maintien et le développement du réseau électrique et faire face aux enjeux de la transition énergétique (compteurs intelligents, gestion de la production renouvelable intermittente...), il est important que l’ensemble des citoyens participe équitablement au coût du réseau via des tarifs qui les incitent à consommer de manière durable. Le transport et la distribution d’électricité via le réseau engagent à ce jour des frais variant dans une fourchette de 30 à 40% (hors taxes et surcharges) de nos factures d’électricité.

Dans ce cadre, la CWaPE (Commission wallonne pour l'Énergie), sur base d’un décret adopté par le Parlement wallon en janvier 2017, planche sur l’élaboration d’une formule de contribution aux coûts de réseau également imputable aux détenteurs de panneaux, de petits éoliens ou de toute installation de production d’énergie renouvelable inférieure à 10 kW qui bénéficie de la compensation (plus communément appelée le principe du « compteur qui tourne à l’envers »). Dans cette optique, les détenteurs de ces installations (dits les « prosumers » puisqu’ils sont à la fois producteurs et

consommateurs) contribueront aux frais de réseau pour la quote-part d’électricité consommée qu’ils prélèvent de celui-ci. Elle pourra être établie de deux façons : soit sur base d’un forfait calculé en fonction de la puissance nette développable de l’installation, en tenant compte d’un niveau d’autoconsommation de 37%, soit via un compteur « double flux » (ou communicant) qui permet de comptabiliser l’électricité réellement prélevée du réseau. En effet, les prosumers restent des utilisateurs du réseau sur lequel ils prélèvent en partie de l’électricité (estimée à 63% du temps), à des moments où ils ne la produisent pas. Étant donné le développement de ces installations (la filière photovoltaïque notamment) et afin de ne pas rendre intenables les coûts du réseau se répercutant sur des citoyens de moins en moins nombreux qui ne possèdent pas leurs propres unités de production (ce qui freinerait l’acceptation sociétale d’une augmentation des énergies renouvelables), il semble juste aujourd’hui de faire supporter les frais de réseau à tous les utilisateurs de manière équitable. Par ailleurs, la rentabilité des anciennes installations photovoltaïques reste garantie à minimum 7%.

Enfin, le choix de placer encore aujourd’hui des panneaux photovoltaïques reste toujours judicieux et rentable ; le plan Qualiwatt tient compte de ce tarif prosumers pour calibrer les primes et ainsi assurer un retour sur investissement de 8 ans.

Et le stockage ?

Paroles d’expert

Panneaux solaires thermiques :
Le soleil, une mine d’or à saisir !

Joseph Dejonghe a pratiqué l’auto-construction de chauffe-eau solaires chez lui suite au premier choc pétrolier. Depuis 1980, il est spécialiste du thermique, conseiller technique au sein de l’asbl « Objectif 2050 ». Il est bien placé pour nous parler du potentiel d’électricité et de chaleur générés par l’astre solaire.

Energie4 : Quel est le potentiel énergétique du soleil en Belgique ?

J. D. : On ignore souvent l’importance du gisement solaire dans notre pays. Il représente 1.000 kWh/m²/an, soit l’équivalent de 100 litres de mazout ou de 100 m³ de gaz qui nous inondent sur chaque m² de sol, de toit, etc. Depuis toujours, on aurait pu couvrir tous nos besoins en chaleur grâce au soleil. Quand le ciel est dégagé, tout le monde reçoit la même puissance de 1.000 Watt au m², peu importe le lieu sur la planète. Grâce au soleil, on produit donc de la chaleur mais aussi de l'électricité (voir notre dossier Thema sur les panneaux photovoltaïques).

Energie4 : Pourquoi n’utilise-t-on pas davantage cette énergie ?

J. D. : Lors de la conversion de l'énergie solaire en chaleur utile, on perd une partie de la chaleur. Par ailleurs, avec le renouvelable, c’est la nature qui décide de la livraison ! Il faut donc pouvoir stocker la chaleur afin de pouvoir en profiter au moment souhaité.

Energie4 : Quid du stockage ?

J. D. : La chaleur produite par le panneau thermique afin de chauffer l’eau ne peut être stockée en grande quantité; or les plus grands apports solaires sont enregistrés en été, alors que les besoins en chaleur se font moins sentir. Par ailleurs, l’accumulation de celle-ci s’arrête quand la température atteint 80° dans les ballons d'eau chaude ; ces apports d'énergie solaire sont donc perdus car non stockés.

Energie4 : Quelles sont les perspectives à moyen terme ?

J. D. : Le stockage thermique est en pleine évolution, notamment dans le secteur des chaudières ; des avancées technologiques non négligeables sont observées dans ce domaine.
Les techniques les plus évoluées actuellement s'appuient sur le procédé thermochimique et les sels fondus (lire notre encadré OU notre version en ligne).
Ces deux procédés sont très appropriés dans le cas de rénovations de bâtiments avec recours à l’installation de capteurs solaires.
Dans les deux cas, on ne stocke pas de la chaleur en tant que telle, mais on la libère par réaction chimique; il n'y a donc pas de pertes, même après un stockage de plusieurs mois.

Energie4 : Vous croyez beaucoup en l’avenir du panneau thermique ?

J. D. : Absolument ! Le rendement est intéressant et les perspectives de stockage sont prometteuses. La Wallonie soutient d’ailleurs cette chaleur verte à travers le plan Soltherm (lire l’encadré) et l’héliomobile (goo.gl/iRAbGX). Le citoyen peut ainsi bénéficier, sous certaines conditions, de la prime la plus élevée d’Europe pour placer un chauffe-eau solaire.

Energie4 : Quelles sont les utilisations de la chaleur produite par des panneaux thermiques ?

J. D. : On pense en premier lieu au chauffe-eau solaire alimentant les sanitaires (salle de bains, éviers de cuisine et de buanderies…). Mais d’autres appareils électroménagers peuvent également bénéficier de cette eau chaude : le lave-vaisselle via le branchement au boiler solaire ou encore la machine à lessiver si l’on place un mitigeur thermostatique pour réguler la température. Ces systèmes permettent en outre une baisse de la consommation d’électricité.

Energie4 : Qu’en est-il du chauffage et de la climatisation ?

J. D. : Le chauffage d’un bâtiment peut effectivement fonctionner avec l’apport d’eau chaude solaire dans le circuit de chauffage, même si c’est plus limité en hiver quand les journées bien lumineuses sont plus rares. Mais en entre-saison, les panneaux solaires remplacent régulièrement la chaudière. Lorsque l’on pourra stocker la chaleur en intersaison, on gagnera encore en efficacité ! La climatisation alimentée par les panneaux thermiques fonctionne très bien et est pratiquée depuis des années, surtout dans les pays chauds. L’intérêt reste limité en Belgique compte tenu de notre climat.

Energie4 : Et pour chauffer l’eau des piscines ?

J. D. : C’est intéressant, à condition d’opter pour une combinaison chauffage maison/piscine en alternance. En effet, dans ce cas les panneaux participent au réchauffement des pièces d’habitation jusqu'au printemps et à celui de l’eau de la piscine jusqu’en automne.

Le plan Soltherm

La Wallonie offre une prime à l’installation de chauffe-eau solaires, tout en veillant à la formation des installateurs d’une part et à la qualité des matériaux utilisés, d’autre part. Plus d’informations à propos de la prime en faveur des citoyens sur goo.gl/PQd6z2. La prime peut être sollicitée par le demandeur ou son installateur auprès de l'administration. Cette aide est également acces-sible aux professionnels qui veulent investir dans les énergies renouvelables : goo.gl/qBdu1h

Diversifier les moyens de communication et entretenir la proximité

Les experts des Guichets Energie Wallonie conseillent tout citoyen qui pousse leurs portes. Ils se déplacent sur le terrain dans certaines circonstances. Ils se documentent et se forment en continu… Et ils multiplient aussi les actions de communication et leur participation aux activités locales pour sensibiliser tout un chacun aux problématiques énergétiques !

Focus sur 3 actions de communication et de proximité en cours : des séquences télé, une pièce de théâtre et une campagne d’affichage de bus.

Á la télé : « G1 plan »

Média grand public par excellence, la télévision est un canal clé de sensibilisation aux enjeux liés à l’énergie. Le format des capsules de 90 secondes de l’émission « G1 plan » permet de donner une information factuelle sur des sujets précis. A suivre en direct ou à la carte via www.G1plan.be, certaines séquences sont élaborées avec la collaboration de la cellule média des Guichets Energie Wallonie.

Les dernières en date pour mai 2017 étaient les suivantes

Au théâtre de la maison « Energivore »

Energivore est un spectacle itinérant à l’intérieur des pièces d’une maison aménagée pour apprendre en s'amusant au sujet des questions énergétiques dans le résidentiel. Les consultants des Guichets Énergie Wallonie prennent volontiers part à cette sensibilisation attractive lancée avec succès par Pepi'Watt, le service énergie du CPAS de Pepinster.

En savoir plus

Les Guichets se mobilisent

Experts dans des animations Energivore, dans des capsules « G1 plan », mais aussi disponibles pour des présentations et conférences à la demande (CPAS, communes, associations désirant promouvoir les économies d’énergie), pour une participation à des jurys de sélection (cfr. Prix d’Architecture Durable en Province de Luxembourg), ou à des ateliers pratiques (cfr. Repair Cafés)…

Les Guichets Energie Wallonie se veulent proches et mobilisables. N’hésitez pas à les solliciter !

Sur la route : voilà le bus

Depuis mars 2017, 5 bus habillés aux couleurs des Guichets Energie Wallonie circulent à travers la Wallonie : Namur - Liège - Mons - Arlon - Charleroi. Les voyageurs qui les empruntent et les automobilistes qui les croisent peuvent ainsi découvrir ou redécouvrir le rôle des Guichets Energie Wallonie en faveur de leurs habitations ; qu’il s’agisse d’une amélioration économique, écologique et/ou de confort !




Ecopack et Renopack : du neuf au 1er juillet 2017

Les primes octroyées par la Wallonie pour des travaux d’amélioration énergétique ou de rénovation soulagent très certainement le budget des citoyens qui les entreprennent. Mais, tous les citoyens n’ont pas les moyens de les financer à la source. Pour soutenir ceux-ci, la Société wallonne du Crédit social (SWCS) et le Fonds du Logement des Familles nombreuses de Wallonie (FLW) octroient à certaines conditions un financement Ecopack ou Renopack qui outre le taux zéro, présentent l’avantage d’intégrer les primes de façon anticipée et réduisent en conséquence la mensualité du remboursement du prêt.

Crédit à taux zéro pour les travaux éligibles à la prime ENERGIE, ainsi que pour l’installation d’une chaudière mazout à condensation, le placement d’un poêle à pellets et la fermeture du volume protégé.

Prêt à taux zéro pour les travaux éligibles à la prime RENOVATION.

Ces dispositifs ne sont pas neufs, mais leur mise en œuvre est revisitée au 1er juillet 2017 suite à l’arrêté du Gouvernement de Wallonie du 31 mai 2017 :

  • Alors qu’un deuxième prêt n’était autorisé qu’après 5 ans ou à la fin du remboursement du premier, il sera dorénavant possible d'en solliciter un nouveau dès que les travaux du premier sont terminés.
  • Il n’y a plus de limite d’âge.
  • Un écopack et/ou un rénopack peut être octroyé alors que les emprunteurs n’occupent pas encore le bien.

Il est également prévu pour le 1er juillet une extension des travaux concernés. Mais à l’heure de clôturer cet article, la décision n’était pas encore confirmée.

En outre, une vaste campagne de sensibilisation aux travaux de rénovation a été initiée en juin par la SWCS sous la forme de « capsules vidéo ». La première porte sur le remplacement et l’isolation de la toiture. Rendez-vous sur https://youtu.be/VovL7nqU6X4 pour la visionner.

Pour en savoir davantage, renseignez-vous auprès de :

  • la SWCS si votre ménage compte max. deux enfants (1, 2 ou sans enfants) : www.swcs.be
  • le FLW si votre ménage compte 3 enfants et plus, ou si vous êtres propriétaire-bailleur : www.flw.be

Agenda

Au programme de cet été

Dès maintenant

Tous ceux qui souhaitent optimiser durant cet été l’éclairage de leurs logements peuvent télécharger le tout nouveau guide pratique « L’éclairage efficace des logements » disponible sur www.energie.wallonie.be

1er juin au 31 août 2017

Expo « La maîtrise du chauffage au bois » à Arlon dans les locaux des Guichets Energie Wallonie

10 septembre 2017

Verger en Fête à Waterloo

17 septembre 2017

Rixensart en Fête - Thème de la BD Gagnez une BD Energ’Hic au stand des Guichets Energie Wallonie !

23 septembre 2017

- Pièce de théâtre « Energivore » à Marche-en-Famenne au Château Jadot, rue du Commerce 19 (18h). Une organisation de l’asbl Famenne Energie en collaboration avec plusieurs CPAS.
Gratuit mais inscription obligatoire au : 084 24 48 83

- « Le mois de l’énergie » à Soignies. Activités, achat-groupé et animations dont celle des Guichets Energie Wallonie

24 septembre 2017

Après-midi électrique (tests de vélo, information des Guichets Energie Wallonie sur les panneaux photovoltaïques…) à Saint-Hubert

30 septembre 2017

- Journée de la CCATM (Commission Consultative communale d'Aménagement du Territoire et de Mobilité) de Tellin - Activités touchant à l’énergie, à la mobilité et au patrimoine

- Journée du Logement à l’espace Magnum de Colfontaine - Conférences et rencontres autour du thème du logement

1er octobre 2017

Journée de l’Energie et du Logement à Esneux, à partir de 10h à l’Escale Avenue de la Station 80 à 4130 Esneux - www.esneux.be

14 octobre 2017

Pièce de théâtre « Energivore » à l’école communale de Profondeville, rue Buissonnière 3 (18h). Gratuit mais inscription obligatoire via : nathalie.de.vleminck@cpas-profondeville.be 081 43 22 67

20 au 23 octobre 2017

Salon Energie & Habitat à Namur www.energie-habitat.be

Météo des énergies renouvelables

Hiver-printemps 2017

Le vent brille par son absence, le soleil souffle le chaud et le froid.

On avait quitté 2016 sur un mois de décembre très bon au niveau solaire mais catastrophique au niveau du vent. C’est exactement sur ces bases qu’a débuté 2017…

meteo-photovoltaique   meteo-solar   meteo-wind

belgium

Source : APERe asbl logoapere

Réparer pour moins consommer !

Réparer ensemble, c’est la proposition des Repair Cafés ouverts librement à tous : vêtements, meubles, appareils électriques, bicyclettes, vaisselle, objets utiles, jouets, et autres… retrouvent un nouvel usage grâce au matériel et aux experts bénévoles présents sur place. En contribuant à redécouvrir la valeur des choses, les Repair Cafés favorisent un changement de mentalité nécessaire à une société durable.

Le réseau des Repair Cafés est mondial, dont des centaines sont désormais actifs partout en Belgique. Celui de Couvin compte parmi les 14 Repair Cafés de la Province de Namur. Ce 3 mai dernier, en collaboration avec le Guichet Energie Wallonie de Philippeville, il a organisé un premier atelier pratique sur la réparation des fuites d’eau liées aux chasses de WC.

Monsieur Ceulemans, du Guichet de Philippeville résume cette initiative constructive qui sera renouvelée : « Après un court débat sur l’obsolescence programmée, cette mort annoncée de nos équipements,

et une explication didactique sur les différents composants d’un W.C., nous sommes passés à la pratique. Une chasse d’eau préalablement installée sur place et raccordée au-dessus d’une cuve nous a permis de visualiser clairement les mécanismes situés dans le réservoir pouvant être à l’origine d’un écoulement non désiré: le système de remplissage avec flotteur d’arrêt, la cloche ou soupape d’évacuation munie de son trop-plein intégré. Une autre fuite sournoise qui a été mise en évidence est celle qui surgit entre le réservoir et la cuvette due à un mauvais serrage ou à une mauvaise étanchéité entre ces deux éléments.

La vingtaine de personnes présentes ont toutes manifesté leur intérêt tant pour le débat que pour l’atelier. Quand on sait qu’une petite fuite d’eau banale peut engendrer un surcoût et un gaspillage d’eau potentiellement énormes, il est appréciable de pouvoir y remédier sans faire directement appel à un professionnel. Ce type d’atelier s’y prête fort bien. C’est d’ailleurs dans cet esprit que nous en préparons un second sur l’entretien d’une installation

de chauffage pour veiller à son bon fonctionnement (débloquer des vannes thermostatiques, bien purger son installation, etc…) et que nous renouvellerons l’expérience de l’atelier W.C. Outre les compétences acquises, cet atelier s’est déroulé dans une ambiance très conviviale, sociable et humaine, dans l’esprit même des Repair Cafés. »

Pour en savoir plus

Les vainqueurs de la 6ème édition du « Challenge Ecole Zéro Watt » sont connus.

Energie4 a pris la bonne habitude de relayer les informations relatives au challenge Ecole Zéro Watt. Ce numéro 42 est l’occasion de valoriser les vainqueurs de la 6ème édition 2016-2017 et d’annoncer le changement de nom de cette initiative. C’est désormais sous l’appellation « Défi Génération Zéro Watt » qu’élèves, enseignants et accompagnateurs peuvent depuis ce mois de juin se lancer dans l’aventure.

27 écoles sur 30 !

C’est le 20 avril 2017 que le jury en charge de l’analyse des dossiers a rendu son classement et participé dans la foulée à la proclamation des résultats le 19 mai au domaine de Chevetogne.

Pour rappel : est déclarée gagnante, l’école candidate qui parvient durant la période du challenge à réduire sa consommation d’électricité de minimum 10%. Des distinctions sont ensuite attribuées à celles qui sont les

plus économes (% de réduction les plus élevés), celles qui sont les plus sobres (consommations les plus faibles par élève) et celles qui ont le projet pédagogique ou citoyen le plus innovant.

Parmi les 30 écoles participantes, 27 (environ 800 élèves) sont parvenues à réduire d’au moins 10% leur consommation d’électricité, tous les élèves des classes pilotes ont reçu un diplôme de l'éco-citoyen et 13 écoles se sont distinguées.

Voir les résultats

Place à la 7ème édition rebaptisée « Défi Génération Zéro Watt »

Dites « Défi Génération Zéro Watt »

Pour sa 7ème édition, le « Challenge Ecole Zéro Watt » se mue en « Défi Génération Zéro Watt ». Il s’agit d’une refonte du projet qui conserve bien sa méthodologie pédagogique, ses acteurs de l’éducation à l’énergie et sa cible (les écoles primaires), mais à une plus grande échelle pour une résonnance plus large.nbs

Plus d'info