TRIMESTRIEL D’INFORMATION
DE LA WALLONIE DESTINÉ AUX CITOYENS

Juin 2016 | Gratuit | n° 38

cov38
Wallonie
38

Les énergies renouvelables ?

C'est aussi votre affaire !

Sommaire

Edito

Actuellement, l'humanité prélève davantage dans notre planète que ce que notre Terre peut nous offrir. La demande en énergie croît inexorablement… L'urgence est de mise. Les grands accords internationaux, le plus souvent acquis laborieusement, imposent des mesures aux États. C'est essentiel, mais probablement pas suffisant.

Chacun de nous, à titre personnel, peut agir sans nécessairement diminuer son confort et sa qualité de vie. Les énergies renouvelables représentent à cet égard une opportunité fantastique. Profitons-en ! Le potentiel est gigantesque, la technologie est au point, la mise en œuvre est souvent simple et maîtrisée, le cadre réglementaire existe, le rendement voire la rentabilité financière sont le plus souvent au rendez-vous. La réponse globale pour notre société tient dans le mix énergétique.strong>

C'est pourquoi Énergie4 vous ouvre la porte vers de multiples pistes : le vent, le soleil, l'eau ou encore la chaleur naturelle sont gratuits et à portée de main ! Et pour s'engager dans la voie de l'énergie renouvelable, il n'est pas indispensable d'aménager des dispositifs dans sa propriété. Comme nous l'explique un spécialiste dans

ce magazine, l'exemple des éoliennes citoyennes illustre la possibilité d'investir modestement dans une coopérative avec un retour financier attractif.

L'énergie renouvelable inspire aussi les plus jeunes, à l'instar du projet scolaire présenté dans ce numéro.

Vous l'aurez compris, nous sommes tous concernés et mobilisables ! Alors, pourquoi attendre pour agir ?

Annick Fourmeaux
Directrice générale
Direction générale opérationnelle Aménagement du territoire, du Logement, du Patrimoine et de l'Énergie

Guichets Énergie Wallonie

Tous les Guichets sont ouverts du mardi au vendredi, de 9 à 12 heures ou sur rendez-vous.

ARLON

BRAINE-LE-COMTE

CHARLEROI

EUPEN

HUY

LIBRAMONT

LIEGE

MARCHE-EN-FAMENNE

MONS

MOUSCRON

NAMUR

OTTIGNIES

PERWEZ

PHILIPPEVILLE

TOURNAI

VERVIERS

+ Des permanences décentralisées

BASTOGNE

BEAURAING

BIÈVRE

CERFONTAINE

CINEY

COUVIN

DOISCHE

FLORENNES

GEDINNE

HAMOIS

HASTIERE

HAVELANGE

HOUFFALIZE

HOUYET

NEUFCHÂTEAU

ONHAYE

PHILIPPEVILLE

VIELSALM

VIROINVAL

VRESSE SUR SEMOIS

WALCOURT

WELLIN

YVOIR

Cliquez sur le nom d'une localité pour avoir plus d'information !

Concours

Gagnez le DVD du film phénomène de ce début d'année

sur www.energie4.be/concours

Les Guichets Énergie Wallonie font partie d’un réseau d’acteurs à la disposition des citoyens pour toutes leurs questions concernant la réglementation en vigueur et les aides disponibles en Wallonie en matière d’énergie et de logement.

Outre les Guichets, il s’agit des Infos-Conseils Logement, des conseillers énergie et/ou logement des communes, des Écopasseurs, des Espaces Wallonie et du 1718. Chacun de ces services peut au minimum vous donner une information de base, vous aiguiller vers les aides les plus adaptées, vous communiquer les procédures à suivre et vous fournir de la documentation et les formulaires dont vous avez besoin.

Dans certains cas, ils peuvent même vous informer du suivi des dossiers de demande d’aides que vous avez déjà introduits. Quand les questions nécessitent une expertise qui dépasse la leur, ils passent la main et vous mettent en contact avec les acteurs compétents.

Retrouvez toute l’actualité du département de l’énergie et du bâtiment durable sur les réseaux sociaux

twiter twitter.com/EnergieWallonie

facebook Portail de l’énergie en Wallonie

ÉNERGIE 4 :

Trimestriel du Service public de Wallonie, Direction générale opérationnelle Aménagement du territoire, Logement, Patrimoine et Énergie.

COMITÉ DE RÉDACTION :

Gwendoline Gérard, Monia Ben Slama, Lise Johnson et Véronique Joassart.

ÉDITEUR RESPONSABLE :

Annick Fourmeaux
Chaussée de Liège, 140-142
5100 Jambes.

COPYRIGHT :

Toute reproduction, même partielle est encouragée, sous réserve de la mention précise : « Énergie 4 - Service public de Wallonie - Juin 2015 »

ABONNEMENTS :

  • via le site
  • par courriel
  • par téléphone : 0800/11901
  • par courrier postal : SPW – DGO4
    Département de l’Énergie et du Bâtiment durable à l’attention de Gwendoline Gérard Chaussée de Liège 140-142 - 5100 Jambes
spw

Thema

Comment optimaliser le rendement de votre chaudière ?

Réception, entretien, diagnostic : la vie d’une chaudière est soumise à des inspections techniques réalisées par des professionnels. C’est tout bénéfice pour la sécurité, la santé, l’environnement, la performance et votre portefeuille !

Êtes-vous conscient que le chauffage a un impact sur la qualité de l’air que nous respirons ? Savez-vous que le chauffage des bâtiments intervient en troisième position, après l’industrie et les transports, dans la production de gaz à effet de serre dans notre région ?

C’est donc une nécessité de s’assurer de la performance des installations présentes en Wallonie, qui compte un million de chaudières. Il importe que celles-ci soient bien dimensionnées, correctement installées, soigneuse-ment entretenues et réglées.

Ces objectifs sont d’autant mieux atteints si le professionnel est valablement formé et compétent.

La Wallonie a ainsi défini des réglementations précises (*), encore largement méconnues. « Une minorité seulement des chaudières installées sont régulièrement contrôlées » regrette Arnaud Collard, Attaché au Département de l’Energie et du Bâtiment durable du Service public de Wallonie. « Il convient également que le chauffagiste soit dûment agréé pour procéder à une inspection, et donc respecter la législation. »

Avant de s’adresser à un professionnel, il est donc indispensable de vérifier son agrément, qui peut être de deux types selon les interventions à effectuer (Types d’agréments). On estime à 4.500 le nombre de techniciens agréés en Wallonie : la liste est disponible sur le site de l’Agence wallonne de l’Air et du Climat (www.awac.be).

« Il existe, précise Arnaud Collard, un accès à la profession très basique qui permet d’installer une chaudière, de toucher aux radiateurs, etc., comme pour être plombier. La Wallonie a placé la barre plus haut pour certains actes qui touchent à la qualité de combustion (à savoir : réception, première mise à feu et contrôle périodique de combustion) ou qui constituent les diagnostics approfondis. ».

Beaucoup de chauffagistes sont prudents par rapport à leurs responsabilités. Il est ainsi possible de recourir à un organisme de contrôle accrédité pour effectuer ces vérifications réglementaires.

Deux types d’agréments pour les professionnels

Les chaudières sont soumises à des réglementations wallonnes précises.

Votre magazine Énergie4 vous propose un petit tour d’horizon des inspections techniques demandées pour votre chaudière à mazout ou à gaz.

La réception

Les contrôles périodiques

Les entretiens

Le diagnostic approfondi

Plus d'infos ?

Consultez nos vidéos sur notre chaîne youtube

Des citernes à mazout sans risque pour l’environnement

Le chauffage au mazout reste très répandu, avec forcément des réservoirs un peu partout (caves, jardins, cours…). Utilisés ou non, ils se dégradent progressivement avec le risque que ce liquide polluant ne se répande dans la nature.

La Wallonie a donc pris des mesures :

  • vivement recommandées pour des dépôts d’une capacité de moins de 3.000 litres et non situés en zone de prévention, à savoir  : respecter une norme de construction, placer un système anti-débordement - sifflet, éviter la jauge extérieure, éviter une pièce humide, se prémunir contre les chocs, assurer un accès à toutes les faces, protéger le réservoir contre la corrosion, ou encore s’inquiéter à la moindre odeur suspecte et/ou lors d’une consommation excessive ;
  • obligatoires pour les dépôts de capacité de moins de 3.000 litres situés en zone de prévention, à savoir une double protection des parois du réservoir, un dispositif anti-débordement et un contrôle périodique ;
  • obligatoires pour les dépôts de 3.000 litres et plus, à savoir : une déclaration (3.000 à 24.999 litres) dans le cadre du permis d’environnement, une double protection de la paroi, un dispositif anti-débordement, une vérification de la conformité à la mise en place par un expert agréé et un contrôle périodique par des techniciens agréés. Chaque réservoir doit ainsi être muni d’une plaquette verte.

La réception

L’intervention concerne autant la première installation que le remplacement d’une chaudière dans un bâtiment neuf ou ancien.

La règle est que ce nouveau générateur de chaleur (gaz ou mazout) doit être réceptionné par un technicien agréé avant tout démarrage. Ce professionnel veille à une installation en bonne et due forme ainsi qu’au respect des exigences systèmes (liées selon les cas au comptage énergétique, à la performance et au calorifugeage). Un rapport est ensuite remis au propriétaire.

Pour les raccordements au gaz, le label de qualité Cerga offre la garantie que votre installation est réalisée professionnellement par un installateur ayant suivi une formation spécifique et prouvé dans la pratique la conformité de ses installations aux réglementations et normes les plus récentes.

Enfin, les chaudières dans les appartements constituent des cas particuliers.

Les chaudières atmosphériques à tirage naturel (désormais dénommées B1) sont moins performantes que leurs homologues à condensation ou à basse température. La nouvelle réglementation EcoDesign n'autorise leur placement que dans les immeubles qui disposent d’une cheminée unique à tirage naturel, où ce type de chaudière est déjà présent.

Dans bon nombre de cas, chaque appartement dispose de sa propre

chaudière, sans interaction avec celle de ses voisins; une situation bien plus facile à gérer. Disposer d’une chaudière par appartement présente l’avantage de ne pas devoir répartir les frais de chauffage. Cette solution n’est pas toujours forcément la plus avantageuse car elle nécessite un plus grand nombre d’appareils, d’interventions de professionnels ou encore de chaudières souvent surdimensionnées pour les besoins d’un seul appartement. Elle exige un investissement plus important au moment de l’installation des appareils. Les équipements de ce type sont de petite taille et ne nécessitent pas une technologie hors du commun. La distance entre l'endroit de la production et celui de la consommation est courte, ce qui réduit les pertes de chaleur.

Quelles sont les installations concernées ?

Les contrôles périodiques

L’utilisateur (propriétaire ou locataire) doit veiller au contrôle périodique de son

installation, chaque année pour les chaudières au mazout et tous les trois ans pour les chaudières au gaz en Wallonie. Rappelons-le, ce contrôle doit être effectué par un technicien agréé en combustibles gazeux ou liquides. Le contrôle de la chaudière permet de vérifier que cette dernière respecte bien certains critères de fonctionnement et que le local, ainsi que la ventilation et la cheminée, où elle est située, est conforme. Le système de régulation et la

pompe de circulation sont également contrôlés.

Le technicien délivre ensuite une attestation de contrôle périodique à laquelle est agrafé le ticket provenant de l’instrument de mesure des gaz de combustion.

Si le contrôle se révèle négatif, une mise en conformité est indispensable. En cas de deuxième contrôle négatif, la chaudière devra être mise à l'arrêt.

Les entretiens

Il est recommandé que l’utilisateur fasse régulièrement entretenir sa chaudière, même si cette intervention n’est pas réglementée par la législation wallonne.

Forcément, au fil du temps, des réglages sont nécessaires. Les brûleurs à mazout s’encrassent, les gicleurs doivent être remplacés, etc. C’est l’occasion pour le technicien de nettoyer l’installation, de vérifier la combustion, de relever d’éventuelles traces de corrosion…

L‘entretien est donc utile pour plusieurs raisons : réduction de la consommation de combustible estimée à 2%, diminu-tion des émissions atmosphériques, prévention des pannes et sécurité de fonctionnement.

La fréquence des entretiens n’est pas figée. L’intervention dépend de plusieurs paramètres, comme le type de combustible, l’âge et la techno-logie du brûleur et de la chaudière, l’état général de l’installation et l’envi-ronnement dans lequel il est installé. Attention, certaines compagnies d’as-surance exigent l’entretien annuel par les propriétaires ou dans le contrat de bail également. D’autre part, quelques marques très présentes sur le marché wallon conseillent fortement le décras-sage des brûleurs gaz afin de garantir le meilleur rendement à la chaudière. Dans les faits, contrôles et entretiens sont généralement liés.

L'entretien d'une chaudière est recommandé pour des raisons principalement économiques, écologiques et de sécurité.

Le diagnostic approfondi

Cette inspection, qui nécessite elle aussi un agrément, correspond en quelque sorte à un audit du chauffage. Le diagnostic approfondi fournit une information relative à l'efficience énergétique du système de chauffage et propose des améliorations. Il s’appuie sur une série de données – notamment les consommations de combustible – portant sur un minimum de deux années. Il prend en compte les évolutions telles que l’ajout d’une pièce dans l’habitation… Il repose donc sur des informations objectives, au-delà de l’avis d’un chauffagiste, même expérimenté.

Au terme du diagnostic, le propriétaire reçoit un rapport composé d’une part, d’une évaluation de l’efficacité éner-gétique du système de chauffage via une estimation de son rendement de production, et d'autre part des recom-mandations permettant de réduire les consommations énergétiques de l’ins-tallation. Ces conseils sont informatifs, et donc non contraignants. Change-ment du mode de régulation, rempla-cement du brûleur ou carrément de la chaudière, sont autant de suggestions possibles pour obtenir des économies pouvant atteindre parfois les 30%.

Paroles d’expert

L’émergence des éoliennes citoyennes

Bruno Claessens est expert éolien pour la mission de Facilitateur Electricité Renouvelable pour la Wallonie. Il a acquis une grande expertise technique qu’il met au profit des institutions, des développeurs de projets éoliens, mais également des communes et des coopératives citoyennes, dans lesquelles les particuliers peuvent investir.

Energie4 : Le développement des coopératives s’observe dans le domaine des énergies renouvelables, particulièrement dans l’éolien. Les citoyens ont ainsi la possibilité d'acheter des parts à des exploitants d'éoliennes, d'où l'appellation « éoliennes participatives » : près de 10.000 particuliers ont déjà franchi le pas. Quelles sont leurs motivations ?

Bruno Claessens : Je relève trois raisons, très difficiles à hiérarchiser et variables selon les personnes. Il y a d’abord le contexte environnemental surtout avec ses enjeux climatiques. Beaucoup de citoyens ont pris conscience qu’ils pouvaient jouer un rôle positif. La motivation peut aussi s’avérer financière avec l’assurance d’un dividende supérieur aux taux de l’épargne bancaire.

Energie4 : La troisième raison n'est-elle pas d’ordre sociétal ?

Bruno Claessens : Malgré la libéralisation du secteur de l’électricité, le marché reste dominé par une poignée d’opérateurs importants qui laissent peu de place aux petits acteurs. Des citoyens réclament une forme de justice distributive assurant une répartition équitable des bénéfices. Selon eux, les revenus ne doivent pas retourner uniquement dans les poches d’actionnaires de multinationales.

Energie4 : Néanmoins, pour lancer une éolienne participative, il importe d’avoir un développeur industriel, non ?

Bruno Claessens : C’est majoritaire-ment le cas mais avec moins d’acuité aujourd’hui. Les parcs éoliens rassemblent souvent des partenariats de natures différentes (cfr. cadre). Pendant longtemps, les développeurs montaient le dossier puis des coopératives venaient en quelque sorte se greffer sur le projet. La réalisation d’un parc est en effet un métier à part entière exigeant de nombreuses compétences (juridiques, techniques, financières…) et une importante prise de risques. Avec le temps, les coopératives se professionnalisent et acquièrent un savoir au point, dans certains cas, de co-développer des projets avec des grands acteurs.

Energie4 : Pourquoi n’y a-t-il pas davantage de citoyens coopérateurs ?

Bruno Claessens : Cette possibilité est encore assez méconnue. Il reste aussi une forme de crainte malgré un contexte positif : une bonne gouvernance et de la transparence, un cadre réglementaire mûr et l’assurance de dividendes intéressants.

Une multiplicité de coopératives

La Wallonie compte une vingtaine de coopératives dans l’éolien, parmi lesquelles la moitié sont opérationnelles. Les projets revêtent des formes variées, comme le montrent ces quelques exemples :

  • à Houyet, un projet 100% citoyen avec l’éolienne des enfants,
  • à Villers-le-Bouillet, la commune et les citoyens, à travers la coopérative EnerCity, ont racheté une des 5 éoliennes développées par EDF Luminus,
  • à Waimes, deux coopératives (« Courant d’air » et la flamande « Ecopower ») détiennent 3 éoliennes sur 5, l’industriel Mobilae étant donc minoritaire,
  • à Leuze, la coopérative Clef co-développé le projet avec Electrabel. Sur le parc de 10 éoliennes, elle en possède une, pour deux à l’intercommunale Ideta et sept à Electrabel ;
  • à Messancy, surfant sur le parc de 5 éoliennes d’Eneco, la coopérative ‘Vent du sud’ a obtenu un permis pour sa propre éolienne en un temps record (2 ans),
  • à Boneffe, une éolienne du projet d’Eneco sera partagée par 3 coopératives (Hesbénergie, Nosse Moulin et Champs d’Énergie).

Si vous souhaitez rejoindre une coopérative active dans l'éolien, plus d'informations : www.eolien.be/Participatif

Comment demander et analyser des devis ?

Les Guichets Énergie Wallonie peuvent vous aider !

Les demandes et les analyses de devis ne sont pas des étapes à sous-estimer. Les Guichets Énergie Wallonie disposent d’une vaste expérience en la matière. Explication avec Monia Ben Slama, consultante au sein du Guichet Énergie Wallonie de Liège.

« Les Guichets offrent un service d’analyse de devis relatifs aux principales techniques du bâtiment : installations de chauffage, de ventilation, châssis, isolation ou encore installations photovoltaïques ; peu importe qu’il s’agisse d’une rénovation ou d’une construction neuve » explique Monia. « La personne qui souhaite notre aide doit prendre rendez-vous et se présenter au Guichet avec plusieurs devis : 2 au minimum, mais 3 c’est beaucoup mieux. Nous insistons sur ce point, car c’est de la comparaison que vient le bénéfice de la démarche. Il faut en effet comparer les solutions techniques proposées, mesurer l’adéquation de la proposition à la réalité, vérifier que l’entrepreneur sollicité a bien toutes les compétences nécessaires… Nous constatons que les personnes qui se présentent ont souvent déjà choisi un prestataire, mais elles repartent le plus souvent avec des compléments d’information à demander aux entrepreneurs. La personne peut venir autant de fois que nécessaire : avant de demander une offre, une première fois avec les premières réponses et autant de fois que nécessaire avec les devis revisités jusqu’au bon choix. ».

guichet

Quelques indicateurs

Quelques points d’attention ?

« Oui évidemment » souligne Monia. « Les Guichets ne sont pas là pour fournir des listes d’entrepreneurs, ni pour black-lister certains d’entre eux d’ailleurs. Le plus important avec un entrepreneur, c’est qu’il soit ouvert au questionnement et aux possibilités de changement par rapport à sa proposition. Je pense par exemple aux grilles de ventilation qui sont souvent oubliées dans les devis de remplacement de menuiseries extérieures. Les propriétaires doivent en effet pouvoir demander des ajustements de devis. Il faut les éduquer à demander des adaptations plutôt que de mettre trop vite de côté un devis incorrect. Ce n’est qu’avec plusieurs devis complets et comparables, qu’ils feront le choix qui leur sera le plus favorable. Dès lors, par exemple, que le critère de choix soit le prix, on peut très vite déceler d’énormes différences sur des techniques comparables. Nous connaissons les fourchettes de prix réalistes, mais notre valeur ajoutée réside dans la combinaison de tous les critères : le contexte, la technique, le prix. ».

Analyse de devis = prime à la clé ?

« Non, l’analyse de devis ne donne pas une garantie de prime à la clé. Le passage à l’analyse n’est pas décisif pour remplir les conditions d’une prime, mais bien évidemment, les deux approches sont complémentaires ». Et Monia d’insister : « Le plus sage, dans tous les cas, est de passer au Guichet avant les travaux, avec ou sans devis ! Nous analysons ainsi la demande à la source, aidons la personne avec une liste des informations techniques à obtenir de et/ou fournir à l’entrepreneur. Et si perspective d’une prime il y a, alors elle est demandée avant le démarrage des travaux ; après, c’est en effet trop tard. Ce que nous souhaitons c’est éviter dès le départ que le propriétaire ne vive le parcours du combattant avec son projet ! ».

Et ils reviennent ?

Madame Fritz, une habituée du Guichet liégeois, le confirme : « J’ai consulté pour la première fois le Guichet Énergie Wallonie de Liège en 2013. Il s’agissait alors d’un gros chantier à mettre en œuvre suite à des problèmes d’humidité rencontrés dans ma maison : drain extérieur, remplacement de carrelage, pose d’isolation sol, mur et toiture. Vu l’ampleur des travaux à réaliser, l’octroi de primes faisait partie de la donne financière de départ. J’ai rencontré au Guichet de l’Énergie une personne très à l’écoute et professionnelle… ».

guichet

Madame Fritz, une habituée du Guichet liégeois, témoignage au sujet du service d’analyse de devis proposé par les Guichets Energie Wallonie : « J’ai consulté pour la première fois le Guichet Energie Wallonie de Liège en 2013. Il s’agissait alors d’un gros chantier à mettre en œuvre suite à des problèmes d’humidité rencontrés dans ma maison : drain extérieur, remplacement de carrelage, pose d’isolation sol, mur et toiture. Vu l’ampleur des travaux à réaliser, l’octroi de primes faisait partie de la donne financière de départ. J’ai rencontré au Guichet une personne très à l’écoute et professionnelle. Monia Ben Slama n’a pas hésité à venir elle-même observer sur place les soucis rencontrés, afin de me conseiller au mieux dans ma réflexion face aux solutions à envisager et surtout, l’ordre à suivre afin d’effectuer un travail efficace et durable. Une fois les devis demandés reçus et le choix des entrepreneurs fait, Madame Ben Slama m’a expliqué les démarches à effectuer concernant l’octroi des primes et m’a fait une estimation assez précise de leurs montants.

Le dossier bouclé, les travaux effectués, les demandes de primes rentrées, le rôle de Monia Ben Slama ne s’est pas arrêté là ! Les réponses reçues et les calculs effectués ont, à ma demande, été vérifiés et validés par elle.

Bref, après un tel solide accompagnement en 2013, c’est tout naturellement vers elle que je me suis tournée cette année 2016 quand j’ai envisagé de remplacer ma vieille chaudière mazout par une chaudière gaz à condensation. Elle m’a reçue avec mes devis et a pu attirer mon attention sur des précisions à demander aux personnes consultées, sur les différences de matériels proposés… Elle m’a également expliqué la nouvelle « procédure » d’octroi de la prime correspondante. J’ai rencontré la même personne toujours aussi activement à l’écoute et professionnelle dans ses analyses. Ses judicieux conseils m’ont été précieux et je la félicite pour son approche juste, rigoureuse et surtout efficace ! ».

PROSOLIS vous aide à choisir la bonne protection solaire

Les protections solaires permettent d’améliorer le confort thermique des bâtiments en évitant la surchauffe et en réduisant, voire en supprimant, toute consommation liée au refroidissement.

Leurs principales fonctions assurent une protection contre la chaleur tout en garantissant un certain confort visuel. Toutefois, selon leur nature, les protections solaires peuvent aussi remplir d'autres fonctions :
› permettre le contact visuel avec l'extérieur, même lorsqu'elles sont entièrement déployées
› assurer l'intimité de nuit, soit protéger durant la nuit les occupants d'un local des regards extérieurs dans des conditions normales d'éclairage intérieur
› garantir le contrôle de l'opacité en bloquant la lumière extérieure, ce qui peut s'avérer nécessaire pour certaines tâches telles que les travaux de laboratoire ou la vision des écrans de projection.

Mais comment mesurer l’impact d’une protection solaire ?

C’est à cette question que répond la recherche PROSOLIS, financée par la DGO4 - Wallonie, dans le cadre du programme Mobilisateur en Efficacité Énergétique et Énergies Renouvelables : Erable. En libre accès, cet outil, développé par le CSTC et la cellule Architecture et Climat de l’UCL, peut vous aider à mieux comprendre l’impact d’une protection solaire. En fonction des paramètres du bâtiment (fonction, orientation, type de vitrage) et de la protection solaire envisagée (type, position, propriétés…) PROSOLIS mesure l’efficacité de différentes protections et les compare pour vous aider à faire le bon choix pour votre projet.

Pour en savoir plus :
www.prosolis.be

ISSOL : leader wallon dans l’intégration de solutions photovoltaïques aux bâtiments

Active depuis 10 ans dans le photovoltaïque traditionnel, ISSOL est une société verviétoise qui connait un franc succès dans la fabrication et le développement de matériaux et de vitrages actifs. ISSOL se distingue en donnant une fonction architecturale à la technologie photovoltaïque en la substituant aux matériaux de construction traditionnels. Ainsi, en plus de produire de l’électricité, ses produits assurent d’autres rôles, comme celui d’étanchéité, d’isolation, de protection solaire ou encore d’esthétisme.

Après de nombreux succès sur le marché européen avec des réalisations ambitieuses (ex : la Tour des Finances à Liège, le Ministère de la Défense à Paris et la gare SNCF à Perpignan), ISSOL se recentre aujourd’hui sur des projets d’envergure plus modeste, et principalement sur le marché belge. Elle s’adresse aussi bien au secteur public que privé, mais aussi aux clients particuliers !

La combinaison du fonctionnel et de l’esthétique vous tente : www.issol.eu

Agenda

CLÉ SUR PORTE

10 septembre 2016
Les consultants des Guichets Énergie Wallonie participent régulièrement à l’émission « Clé sur porte » de RTL-TVi. Leur prochaine participation est prévue pour ce 10 septembre. Vous pouvez encore revisionner leurs interventions des 4 et 11 juin sur :
www.rtl.be/rtltvi/categorie/cle-sur-porte

LES CONFÉRENCES DES JEUDIS DE L’ÉNERGIE À LIÈGE

8 septembre 2016
Le chauffage au bois, économique et écologique si on suit les bonnes pratiques, avec Pascal Theate, facilitateur bois-énergie

13 octobre 2016
L’éclairage, comment éclairer efficacement chaque pièce de l’habitation en économisant l’énergie, avec les Guichets Énergie Wallonie.

Tout le programme sur : www.liege.be/nouveautes/les-jeudis-de-lenergie-2016

2ÈME ÉDITION DU SALON HABITAT PASSION À LIBRAMONT

Du 30 septembre au 3 octobre 2016
Les Guichets Énergie Wallonie seront présents au salon du 30 septembre au 3 octobre.
Tout le programme sur : www.libramont-exhibition.com/agenda/198-habitat-passion

6ÈME SAISON DU CHALLENGE « ÉCOLE ZÉRO WATT »

Du 8 novembre 2016 au 8 mars 2017
Avec le challenge "Ecole Zéro Watt" et aidés par des accompagnateurs spécialisés en éducation à l’énergie, les élèves sont éveillés aux enjeux de l’énergie : débusquer les consommations inutiles dans l’école ou apprendre de nouveaux gestes pour réaliser un maximum d’économie d’énergie électrique.
La 6ème édition sera organisée du mardi 8 novembre 2016 au mercredi 8 mars 2017. Date de clôture des inscriptions : 30 septembre 2016.

Clé sur porte
habitatpassion
ecole-watt

Météo des énergies renouvelables

Un printemps dans la moyenne

Cliquez sur une des icônes pour avoir plus d'informations.

meteo-solar

meteo-photovoltaique

meteo-wind

belgium

Source : APERe asbl logoapere

Durant l’été, quand je quitte ma maison pour quelques jours…

Je m’y prends à l’avance pour laver le linge dont j’aurai besoin pour mes vacances à basse température (20° au lieu de 40°) et le fais sécher tout le temps nécessaire à l’air libre.

Je débranche tous les appareils électriquesstrong> qui n’ont aucune raison de fonctionner en mon absence (ex  : télévision, radio, machine à café, imprimante, ordinateur…) ; la position éteinte ou veille n’est pas suffisante car les appareils continuent à consommer. Je coupe par exemple l’alimentation de mon boiler électrique afin de supprimer la consommation due au maintien de la température de l’eau. Pour une absence de plus longue durée, il est également envisageable de couper les fusibles.

Je fais le tour des pièces à la toute dernière minute pour vérifier que toutes les lumièresstrong> sont éteintes. Si je souhaite simuler une présence dans la maison à certaines heures de la journée, j’utilise un programmateur.

Je vide mon frigostrong> de tous les aliments périssables et je l’éteins dès lors que je m’absente plus d’une semaine. Je veille bien évidemment à laisser la porte entrouverte et je vide aussi le petit freezer qui y est associé (sans quoi les aliments qui y séjournent risqueraient de reprendre vie ).

Je vérifie que le fer à repasserstrong> avec lequel j’ai repassé la dernière chemise à mettre dans la valise est bien débranché.

Je ferme mes voletsstrong> et mes fenêtresstrong> pour des raisons de sécurité principalement, mais j’ouvre les grilles de ventilationstrong> de telle sorte que la maison soit légèrement ventilée.

Je mets aussi ma chaudièrestrong> en mode vacances. S’il s’agit d’une chaudière qui dispose d’un stockage et d’une programmation, je la programme pour le retour avec un système anti légionellose. Par défaut d’un thermostat d’ambiance programmable, je veille aussi à mettre les radiateurs en mode ❄.

... Bonnes vacances

Des expériences renouvelables
à l’école Don Bosco de Verviers

« Le terrain de jeu idéal pour l’éducation aux énergies renouvelables, c’est l’école ! » clame Serge Embrechts, professeur à l’institut Don Bosco de Verviers. « Il est important de montrer aux jeunes qu’ils sont aussi des acteurs pour leur futur et, plus encore dans l’apprentissage technique, qu’ils ont choisi des métiers susceptibles d’avoir une incidence sur le développement durable. » L’école est passée de la parole aux actes avec la construction d’une éolienne et d’une hydrolienne. Ce type de projet fait intervenir différentes sections (soudure, mécanique, menuiserie, électricité…), avec l’appui de spécialistes comme l’asbl « À tous vents 2000 ».

« Sur base d’un modèle en Irlande, nous avons construit une éolienne haute de 10 m avec une envergure de 4m » précise Monsieur Embrechts, porteur du projet.

« Nous avons réutilisé certains matériaux comme un pylône d’éclairage. » L’éolienne, implantée du côté de Pepinster, est capable de produire 2000 kWh/an, soit la moitié de la consommation moyenne d’un ménage.

Fort de ce succès, Serge Embrechts et son équipe se sont lancés sur un projet d’hydrolienne. Le modèle est cette fois venu de la société Eco. Cinetic de La Rochelle (France), avec un support de la Wallonie.

« La construction est en cours ; techniquement, il s’agit d’une sorte de rotor vertical actionné par le courant d’eau et combiné à une petite génératrice. » Le projet devrait devenir réalité mi-2017, à proximité d’une centrale hydraulique posée sur le canal Albert à Lixhe.